POUDRES (MÉTALLURGIE DES)


POUDRES (MÉTALLURGIE DES)
POUDRES (MÉTALLURGIE DES)

La métallurgie des poudres est aussi ancienne que l’art des potiers et des céramistes. Cependant, ce qui n’était que techniques ancestrales purement empiriques s’est transformé en une discipline scientifique dans les années 1930, dès qu’on a commencé à comprendre les phénomènes observés. Cette compréhension est d’autant plus nécessaire que les techniques relevant de la métallurgie des poudres présentent un grand intérêt pour certaines fabrications industrielles: préparation de céramiques et de métaux réfractaires, de pièces mécaniques structurales, de coussinets, de filtres, de barrières de diffusion, de combustibles nucléaires.

La métallurgie des poudres diffère de la plupart des techniques métallurgiques en ce qu’elle n’implique jamais la fusion totale du matériau mis en œuvre. Elle est employée soit parce qu’elle est un moyen commode de produire certains métaux ou alliages dotés de propriétés physiques ou mécaniques particulières (élaboration de métaux réfractaires, tel le tungstène, d’alliages ou de pseudo-alliages de deux matériaux non miscibles à l’état liquide, comme le cuivre et le graphite, ou encore de pièces poreuses dans toute leur masse), soit parce qu’elle est une méthode de fabrication relativement économique quand un grand nombre de petites pièces mécaniques identiques est requis. Elle permet en outre d’obtenir directement les pièces à la forme voulue, avec peu ou pas de finition.

L’opération thermique au cours de laquelle s’effectue la liaison des particules de poudres en une masse suffisamment cohérente pour résister aux contraintes rencontrées en service s’appelle le frittage. Il en existe deux types distincts: le premier est décrit comme le frittage à l’état solide (sans ou avec charge), parce qu’il s’effectue à une température telle qu’il n’y a fusion d’aucun des constituants du système pendant l’opération; le second type, connu sous le vocable de frittage en phase liquide , se produit lorsqu’on est en présence d’un mélange de poudres de métaux à bas et à haut point de fusion; la température de frittage est supérieure à la température de fusion du composant le plus facilement fusible, de telle sorte que ce dernier baigne la phase solide résiduelle pendant tout ou partie de la durée de l’opération.

1. Fabrication des poudres

Les poudres utilisées pour le frittage doivent respecter certaines spécifications, comme le diamètre des grains, leur forme, leur surface spécifique, leur composition. Aussi, certaines précautions doivent être prises au cours de leur fabrication.

Méthodes mécaniques

Les méthodes mécaniques s’appliquent essentiellement aux poudres métalliques. La plus utilisée est le broyage à l’aide d’appareils à marteaux ou à boulets. Si le métal est fragile, il est aisément brisé en petits granules. Les temps de broyage sont généralement compris entre une et cent heures au plus. Si le métal est ductile, on obtient, par concassage, de petites paillettes peu adaptées à la fabrication de pièces par la métallurgie des poudres (exception faite de certains produits particuliers comme l’aluminium S.A.P.).

Les métaux liquides peuvent être dispersés en fines gouttelettes qui sont ensuite solidifiées rapidement dans l’air ou dans l’eau. Dans la plupart des méthodes utilisées, un flux de métal liquide est soumis à un jet d’air (ou d’eau) qui refroidit ou gèle les gouttes de métal. Une autre méthode consiste à faire tomber le jet de métal fondu sur un disque rotatif qui est simultanément refroidi par de l’air ou de l’eau. Ces procédés, appelés atomisation , sont applicables à n’importe quel métal ou alliage qui peut être facilement fondu.

Un avantage des méthodes mécaniques est de s’appliquer au cas des poudres d’alliages métalliques contenant deux ou plusieurs constituants; on peut fabriquer ainsi des poudres de laiton (cuivre-zinc), de bronze (cuivre-étain) et d’acier (fer-carbone).

Méthodes chimiques

Les méthodes chimiques sont utilisables pour un grand nombre de métaux. La plus employée est la réduction d’un composé (généralement un oxyde, plus rarement un sulfure ou un chlorure) par un agent chimique (gaz, liquide ou solide) qui fractionne le composé en métal à l’état de fins granules et en un sous-produit qui peut être éliminé. Si le composé métallique initial est un solide, la dimension des granules du métal résultant dépend fortement de la morphologie du composé de départ. Quand le sous-produit de la réduction est gazeux, son élimination s’effectue directement par le gaz porteur ou à l’aide d’une installation à vide. La réduction de l’oxyde de cuivre par l’hydrogène (à 350 0C) en cuivre métallique et vapeur d’eau en est un exemple. Le sous-produit peut être aussi un solide ou un liquide qui se solidifie au cours du refroidissement depuis la température de réduction, comme dans le cas de la réduction du tétrachlorure de titane par le magnésium à 900 0C; le chlorure de magnésium fondu se solidifie entre les particules de titane et peut être soit dissous, à l’aide d’une solution d’acide dilué, soit fondu et distillé sous vide.

Une autre méthode chimique largement utilisée est l’électrolyse d’une solution liquide d’un sel du métal désiré. Ce procédé est similaire à l’électrodéposition, mais les conditions de courant et de température sont ajustées de façon à produire un dépôt métallique qui puisse être gratté ou broyé (ou les deux à la fois) pour obtenir la poudre: les poudres de nickel, de cuivre et de fer sont souvent obtenues par ce procédé. Les poudres de titane, de zirconium et d’uranium sont préparées par électrolyse ignée des chlorures fondus.

Une autre méthode également très employée est la décomposition des complexes carbonylés de métaux comme le fer et le nickel. Pour obtenir des poudres de fer par ce procédé, on réduit tout d’abord l’oxyde à basse température; le fer réduit est ensuite traité par l’oxyde de carbone sous une pression de 4 à 15 mégapascals entre 100 et 200 0C. Le fer-carbonyle Fe(CO)5 obtenu est condensé par refroidissement, puis dissocié thermiquement. En jouant sur les conditions de la dissociation, on peut régler la finesse de la poudre. Le tableau 1 rassemble certains procédés utilisés pour obtenir ces poudres.

Les méthodes chimiques sont aussi employées dans le cas des oxydes. Par exemple, les poudres de bioxyde d’uranium sont obtenues par réduction à basse température des oxydes U3 ou U38 provenant eux-mêmes de la calcination d’un uranate d’ammonium. Un autre oxyde, la zircone, est très utilisé en raison de ses propriétés réfractaires; il est surtout employé à l’état stabilisé en phase cubique par des additions de chaux ou de magnésie. Étant donné la faible réactivité, même à haute température, des oxydes réfractaires cristallisés, on ne mélange pas les poudres par broyage mécanique, mais on prépare la zircone stabilisée par coprécipitation à l’état amorphe. Les oxydes hydratés ou les hydroxydes sont précipités, par exemple par l’ammoniaque, à partir d’une solution aqueuse des sels des deux composants considérés. Le gel obtenu est ensuite traité et calciné pour cristalliser le produit.

2. Théorie du frittage

Le but du frittage est d’obtenir à partir des poudres un solide plus ou moins dense sans passer par l’état liquide (frittage d’une poudre de nature donnée), ou en maintenant à l’état solide au moins un des constituants du système (frittage en phase liquide d’un mélange de poudres). Dans le cas d’un frittage en phase solide, l’écart entre la température de traitement et la température de fusion est le plus souvent supérieur à 0,25 fois cette dernière. Le phénomène du frittage est influencé par de nombreux facteurs: caractéristiques propres des poudres (morphologie, dimensions, pureté...), conditions du traitement thermique (température, durée, pression...) et atmosphère de traitement (vide, atmosphères protectrices diverses...).

Frittage en phase solide

La thermodynamique montre que, ce processus étant irréversible, l’enthalpie libre du système doit diminuer au cours de son évolution [cf. THERMODYNAMIQUE]. Cette diminution résulte essentiellement d’une réduction de l’énergie de surface (surface libre des particules, puis surface des pores). On peut diviser le processus en deux stades: il y a d’abord formation de zones de raccordement, appelées «ponts» de soudure ou «cous», entre particules en contact, puis disparition progressive de la porosité résiduelle.

Formation des ponts

Les particules de poudres étant supposées sphériques, de rayon r uniforme, et tangentes entre elles, deux groupes de mécanismes ont été proposés à partir de ce modèle théorique, suivant que les centres des sphères ne se rapprochent pas (évaporation-condensation ou diffusion superficielle) ou se rapprochent (écoulement visqueux, diffusion en volume ou diffusion intergranulaire). Dans le second cas, les agglomérés présentent un retrait notable et la porosité résiduelle est progressivement éliminée.

Le mécanisme d’évaporation-condensation mis en évidence par W. D. Kingery lors de son étude du frittage de petites billes de chlorure de sodium est schématisé sur la figure 1. Pour établir la relation qui donne, à température donnée, la loi de croissance du rayon x du cou en fonction du temps (fig. 2), on tient compte du gradient de tension de vapeur qui existe entre les zones voisines de la surface convexe des sphères et les zones voisines de la surface concave du cou; on écrit alors que la variation de volume de ce cou par unité de temps est égale à la quantité de matière qui se condense à la surface de la zone de raccordement; en utilisant l’équation de Langmuir et la formule de Kelvin, on arrive à l’expression:

dans laquelle x est le rayon du pont, r le rayon des particules de poudres, 塚 l’enthalpie libre superficielle spécifique du matériau constituant les granules, p 0 la pression de vapeur au voisinage d’une surface plane de ce matériau, a 3 le volume d’un atome, d la densité, k la constante de Boltzmann, T la température absolue, M le poids atomique du matériau considéré, R la constante des gaz parfaits et t le temps.

Le mécanisme d’écoulement visqueux est schématisé sur la figure 3. On parle d’écoulement plastique si l’évolution morphologique s’opère par glissement suivant des plans et des directions cristallographiques et d’écoulement visqueux dans les autres cas. Dans l’hypothèse d’un écoulement newtonien, le déplacement des atomes s’effectue sous l’effet d’un cisaillement proportionnel au gradient de vitesse, la constante de proportionnalité étant égale à la viscosité du matériau considéré. Pour trouver la loi de croissance d’un pont, on écrit que l’énergie dissipée par l’écoulement du matériau:

(d’après Frenkel) est égale au travail effectué par les forces de surface, soit:

En intégrant, il vient:

Le mécanisme mettant en jeu la diffusion en volume (fig. 4 a) est fondé sur l’existence de gradients de concentration en lacunes entre les zones situées au voisinage immédiat de la surface latérale du pont (de rayon de courbure 福 faible) et les zones voisines (qu’il s’agisse du volume des sphères ou de leur surface). Il existe en effet au voisinage d’une surface concave de rayon de courbure 福 une sursaturation (c’est-à-dire un excès de lacunes) égale à:

C0 désignant la concentration en lacunes au voisinage d’une surface plane et a 3, en première approximation, le volume d’une lacune. Il suffit d’écrire que la variation de volume du pont par unité de temps est égale à celle qui résulte du départ des lacunes en excédent qui quittent la zone du pont en traversant une surface S parallèle à la surface limitant ce pont; on a:

J étant le flux de lacunes diffusant par unité de temps et de surface. Cela suppose donc qu’il existe un gradient de lacunes entre la surface latérale du pont et une surface voisine de rayon de courbure plus grand. Comme les lacunes échangent successivement leur position avec celle des atomes voisins, on aura un flux inverse d’atomes venant constituer le pont. Il existe plusieurs hypothèses relatives à la nature du chemin suivi par les lacunes; en particulier, N. Cabrera a supposé que la diffusion s’effectuait avec une symétrie cylindrique et il a abouti à la loi:

Dv étant le coefficient d’autodiffusion en volume. Une autre hypothèse est fondée sur le fait que les lacunes diffusent en volume, en système pseudo-cylindrique, depuis la surface latérale du pont vers la surface extérieure des sphères dont le rayon de courbure est supposé rester sensiblement constant et égal à r . On aboutit à l’expression:

Quel que soit le trajet suivi par les lacunes, on peut noter qu’à un coefficient numérique près, x est proportionnel à t 1/5.

Ces deux hypothèses ne tiennent pas compte du rapprochement possible des centres des sphères au fur et à mesure du développement du pont. On a aussi constaté expérimentalement qu’il existait très fréquemment un joint de grain dans le pont; ce joint, séparant les volumes propres de chaque granule, a un rôle prépondérant puisqu’il sert de puits pour éliminer les lacunes; un gradient de concentration en lacunes s’établit dans le joint entre le cœur du pont et la surface externe, entraînant un flux antagoniste d’atomes qui diffusent intergranulairement vers la surface externe (fig. 4 b). Tous calculs faits, on arrive alors à:

Dj étant le coefficient d’autodiffusion aux joints et 嗀j l’épaisseur du joint.

Dans le mécanisme de diffusion superficielle , proposé par G. C. Kuczynski, on suppose que les lacunes excédentaires au voisinage de la surface latérale des ponts diffusent superficiellement vers la surface libre des sphères de rayon r . Des atomes de ces surfaces viennent les remplacer et contribuent de la sorte à la croissance des ponts. Les calculs proposés sont assez controversés. Kuczynski arrive à une loi de la forme:

Ds étant le coefficient d’autodiffusion superficielle et 嗀s l’épaisseur de la zone corticale intéressée par la diffusion.

Élimination des pores

Une fois les ponts de raccordement entre granules suffisamment développés, il existe entre eux des cavités résiduelles qu’il faut éliminer. On constate dans la pratique que, lors du frittage, la densité des agglomérés augmente progressivement en fonction du temps. Les mécanismes d’évaporation-condensation et de diffusion superficielle peuvent entraîner une modification de la morphologie des pores, mais ne peuvent pas diminuer leur volume. Seuls les mécanismes d’écoulement visqueux, de diffusion en volume et de diffusion intergranulaire peuvent rendre compte d’une telle réduction.

Les calculs sont simplifiés si l’on considère des modèles géométriques: pores cylindriques ou sphériques. Soit r le rayon d’un pore à l’instant t et r 0 son rayon initial; on arrive, par exemple, à une relation du type:

si le mécanisme entrant en jeu est l’autodiffusion en volume et les pores sphériques; les pores de petite taille disparaissent en premier et les plus gros augmentent de volume en raison de l’existence de gradients de concentration en lacunes entre les petits pores et les plus gros.

Frittage en phase liquide

Dans le cas du frittage en phase liquide, l’aggloméré de départ est en réalité un mélange d’une poudre à haut point de fusion et d’assez fine granulométrie avec une poudre à plus bas point de fusion et de granulométrie quelconque. De nombreux phénomènes interviennent: diffusion en phase liquide, mouillage, remplissage des pores par la phase liquide, frittage entre particules solides en contact mutuel.

Si l’on suppose que le mouillage est parfait, lorsqu’on arrive à la température où l’un des deux éléments du système commence à fondre, les interfaces solide-gaz disparaissent. Ou bien les gaz enfermés primitivement dans les pores lors de la compression sont chassés vers l’extérieur, et il ne reste plus de pores à l’intérieur du compact, ou bien, et c’est le cas le plus probable, les gaz occlus constituent des bulles qui persistent plus ou moins longtemps dans le liquide. La pression interne qui règne dans ces bulles atteint une valeur considérable et crée une pression hydrostatique dans l’ensemble, permettant un déplacement des particules solides dans le liquide.

Lorsque le réarrangement des particules solides est terminé, ces dernières arrivent à être localement en contact les unes avec les autres, le liquide créant au voisinage des points de contact des «veines» liquides capables d’engendrer une pression capillaire. Cette pression a pour conséquence d’augmenter la solubilité du solide aux points de contact. Cette dissolution est complétée par une précipitation en des zones plus éloignées: c’est le mécanisme de dissolution-précipitation.

On observe parfois un dernier stade, appelé coalescence, qui correspond à la soudure de particules de la phase solide indépendamment du liquide, et à la croissance des grains.

Le frittage en phase liquide présente un certain nombre d’avantages: durée de l’opération en général plus courte, pression de mise en forme préalable des agglomérés nettement réduite, meilleure possibilité de réaliser des pièces de grandes dimensions et, enfin, obtention relativement facile de densités très voisines de la densité théorique du métal.

3. Technologie du frittage

Les procédés utilisés peuvent être divisés en trois groupes: ceux qui correspondent aux métaux ductiles et à points de fusion relativement bas, tels l’argent, le cuivre et le fer; ceux qui correspondent aux métaux réfractaires, tels le tungstène, le molybdène et le titane; et ceux qui concernent la préparation de matériaux divers, tels les carbures [cf. TUNGSTÈNE], les nitrures, les oxydes, etc.

Métaux ductiles

Les pièces fabriquées à partir de poudres de métaux ductiles sont généralement pressées directement à leur forme d’utilisation. Elles sont constituées pour la plupart d’un alliage de deux ou de plusieurs métaux, tels le cuivre et l’étain, ou d’un mélange de poudres de deux métaux (ou plus) qui ne peuvent pas s’allier, tels le cuivre et le tungstène. Une pièce réalisée en alliage est le plus souvent élaborée en partant de poudres préalliées (pièces en laiton, en bronze, en ferronickel et en alliages fer-cuivre).

La préparation commence par le mélange des poudres avec un liant solide, tel le stéarate de zinc; ce liant facilite le compactage et réduit le frottement entre granules de poudres; on ajoute aussi parfois un lubrifiant pour réduire l’usure des outillages.

Un pressage ou un briquetage permet ensuite d’obtenir la forme désirée à la température ordinaire. Pour cela, on utilise, d’une part, une matrice en matériau résistant et dur et, d’autre part, un système de deux poinçons. Les pressions utilisées sont généralement comprises entre 160 et 800 mégapascals; au cours du pressage, le volume de la poudre est réduit au moins de moitié: l’aggloméré a alors une densité atteignant 55 à 80 p. 100 de la densité théorique (matériau solide non poreux ayant la même composition). Les métaux ductiles se prêtent aisément à un tel compactage. On procède alors au frittage, qui se fait généralement sans phase liquide, ce qui réduit au minimum la déformation.

La résistance et la ténacité d’un tel produit fritté sont inférieures à celles du matériau fondu de même composition, en raison de la porosité inhérente à ce procédé. L’infiltration d’une pièce partiellement frittée augmente sa résistance. On peut également recourir à divers traitements thermiques complémentaires.

Les pièces compactées de métaux ductiles présentent un retrait de 1 à 10 p. 100 environ au cours du frittage. Quand il en est tenu compte dans le dessin des matrices, les pièces frittées peuvent être produites avec des tolérances de 0,3 à 1 p. 100 et peuvent être utilisées sans traitement ultérieur. Pour certaines applications, on surdimensionne légèrement les cotes extérieures de la pièce et on la comprime ensuite fortement pour l’amener aux dimensions correctes (technique de la double compression). Les dimensions intérieures, les contours extérieurs et certaines caractéristiques (alésage, filetage) qui ne peuvent être obtenus par mise en forme à la presse nécessitent des opérations ultérieures d’usinage sur la pièce frittée.

Les pièces destinées à être utilisées comme coussinets sont habituellement imprégnées d’une huile lubrifiante ou d’un matériau solide antifriction après mise sous vide primaire. En service, les pores contenant l’huile servent de réservoir permanent pour la lubrification du coussinet. Les pièces en «acier performant» doivent être réchauffées, puis trempées à l’huile ou à l’eau. Certaines pièces sont parfois recouvertes d’un dépôt électrolytique pour obtenir une surface résistant mieux à la corrosion ou ayant un aspect plus attrayant. Le tableau 2 donne quelques exemples de pièces élaborées à partir de poudres de métaux ductiles.

Métaux réfractaires

Les pièces en métal réfractaire (température de fusion supérieure à 1 600 0C environ) sont généralement mises en forme à partir de poudres. Les métaux réfractaires sont couramment utilisés à l’état pur ou avec de faibles quantités d’éléments d’addition. Le plus souvent, on élabore par frittage une barre ou un «lingot» qui est façonné ultérieurement pour obtenir du fil, du rond, des tubes ou des tôles. Cependant, quelques pièces en béryllium ou en titane sont faites directement à la forme voulue par pressage et par frittage des poudres, comme dans le cas des métaux ductiles.

La plupart des poudres de métaux réfractaires (niobium, tantale, molybdène et tungstène) doivent être compactées à température ordinaire avec un liant, de façon à avoir des ébauches plus solides. La poudre est tout d’abord mélangée avec 0,5 à 2 p. 100 d’un liant, telle la paraffine dissoute dans un solvant volatil. Le solvant est évaporé par un chauffage modéré laissant une mince couche de liant sur chaque particule de poudre. La poudre est alors pressée.

L’aggloméré est ensuite préfritté dans une atmosphère neutre à environ 1 000 0C pour volatiliser le liant et obtenir une résistance mécanique suffisante pour toutes les manipulations ultérieures. Le second frittage est réalisé à haute température par passage d’un courant électrique intense à travers le métal. La quantité de courant est soigneusement contrôlée afin de rester en deçà de la température de fusion tout en réalisant le frittage dans un temps aussi court que possible. Le compact se déforme au cours de cette opération, ce qui ne présente pas d’inconvénient majeur puisqu’il est ensuite usiné mécaniquement ou forgé à chaud.

L’atmosphère utilisée doit non seulement empêcher toute oxydation du métal, mais aussi ne pas réagir avec celui-ci. L’hydrogène purifié constitue pour le molybdène et pour le tungstène une atmosphère satisfaisante. Le niobium et le tantale, fragilisés par l’hydrogène, sont frittés sous vide. Les lingots de molybdène et de tungstène obtenus sont fragiles; une certaine ductilité peut être conférée par un écrouissage qui, de plus, réduit la porosité résiduelle. Les compacts doivent être tout d’abord forgés à chaud, puis forgés ou laminés successivement à des températures de plus en plus basses, jusqu’à ce que le laminage à froid en tôles ou l’étirage en fils soit possible.

Les opérations de pressage et de frittage peuvent être combinées en une seule en opérant par frittage sous charge au-dessus de la température de recristallisation. La matrice doit être alors constituée d’un matériau capable de supporter les hautes températures rencontrées dans ce mode de pressage. L’extrusion est dans ce cas plus pratique, car ce procédé est si rapide que la température de la matrice ne devient pas trop élevée, sauf à la surface immédiatement en contact avec la poudre. L’extrusion à chaud a été appliquée principalement au zirconium et au titane. Comme ces métaux s’oxydent quand ils sont exposés à l’air à haute température, la poudre est placée dans un conteneur en acier à parois très minces dans lequel on fait le vide. Le conteneur et la poudre sont chauffés et l’ensemble est alors extrudé. Le conteneur est ensuite éliminé par usinage.

On obtient un barreau cylindrique ou un tube dont le diamètre atteint parfois 5 à 7 cm et qui peut ultérieurement être déformé par laminage ou par tout autre procédé.

Quelques métaux réfractaires (titane, molybdène et tungstène) sont utilisés comme éléments d’alliages dans certaines nuances d’aciers. Ces métaux sont alliés au fer fondu dans une proportion approximativement égale pour former un matériau fragile qui est alors broyé en une poudre grossière, laquelle est ajoutée ensuite à l’acier fondu.

Frittage des oxydes

La mise en œuvre des techniques de la métallurgie des poudres pour la préparation de pièces constituées d’oxydes réfractaires a pris une grande importance, depuis environ 1950, en raison de l’utilisation croissante de céramiques à base d’oxydes, comme l’alumine, la zircone stabilisée ou pure, la magnésie, la thorine, la glucine, l’oxyde d’uranium et les ferrites.

Les mécanismes fondamentaux qui régissent le frittage des oxydes sont généralement plus complexes que ceux des métaux. En outre, c’est plus particulièrement dans le domaine des cermets à base d’oxydes dont les températures de fusion sont élevées que le frittage sous charge a connu un grand développement. Par comparaison avec le frittage naturel, le frittage sous charge présente l’avantage de diminuer la durée de traitement, même si la température est plus basse, et d’obtenir des densités voisines de la densité théorique. Les mécanismes en sont encore relativement mal connus. On ne citera ici que deux exemples du frittage des oxydes: le frittage de l’alumine et celui du bioxyde d’uranium.

Frittage de l’alumine

Les deux modes de frittage, avec et sans compression, ont été utilisés pour l’alumine. Les résultats obtenus par frittage naturel montrent que le mécanisme essentiel correspond à la diffusion en volume. Des additions de tungstène et de molybdène lors du frittage dans une atmosphère humide modifient ce mécanisme: ces métaux sont aisément oxydés par la vapeur d’eau, et les oxydes formés donnent naissance avec l’alumine à un eutectique qui fond à basse température; le frittage se produit alors en présence d’une phase liquide. En outre, une addition limitée (1 p. 100) de magnésie (MgO) inhibe le grossissement des grains et favorise la densification.

Au cours du frittage sous charge, les mécanismes mis en jeu semblent plus complexes: le glissement relatif des particules, la fragmentation, la déformation plastique et la diffusion peuvent en effet intervenir simultanément ou successivement. Il semble que la diffusion de l’oxygène soit le processus qui contrôle la cinétique de frittage, bien que les coefficients de diffusion calculés à partir des essais de frittage ne soient pas toujours en accord avec ceux qui sont déterminés directement à partir des expériences de diffusion.

Frittage du bioxyde d’uranium

Les études cinétiques de la densification au cours du frittage du bioxyde d’uranium révèlent trois stades. La distinction entre les deux premiers provient d’une modification de la forme géométrique du grain, ce qui entraîne un changement dans les formulations mathématiques des lois cinétiques. La transition entre ces deux stades s’effectue toutefois de façon continue sans modification de la localisation des pores et du mécanisme élémentaire. Au cours de ces deux premiers stades, la porosité est essentiellement ouverte et localisée aux joints des grains; en revanche, pendant le dernier stade, les pores sont situés au cœur des grains et sont isolés les uns des autres.

Sur le plan des mécanismes, il semble que la diffusion de l’uranium contrôle la cinétique de frittage; la diffusion intergranulaire est le processus prédominant pendant les deux premiers stades, alors que la diffusion en volume contrôle la cinétique de densification au cours du dernier.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Metallurgie des poudres — Métallurgie des poudres La métallurgie des poudres est l ensemble des sciences et technique de fabrication des pièces métalliques par frittage de poudres. Comme il n y a pas de fusion (le frittage consiste globalement en un brasage des grains par …   Wikipédia en Français

  • Métallurgie Des Poudres — La métallurgie des poudres est l ensemble des sciences et technique de fabrication des pièces métalliques par frittage de poudres. Comme il n y a pas de fusion (le frittage consiste globalement en un brasage des grains par diffusion et fusion… …   Wikipédia en Français

  • Métallurgie des poudres — ● Métallurgie des poudres ensemble des procédés métallurgiques permettant d obtenir des produits ou des pièces par densification de poudres métalliques …   Encyclopédie Universelle

  • Métallurgie des poudres — La métallurgie des poudres est l ensemble des sciences et technique de fabrication des pièces métalliques par frittage de poudres. Comme il n y a pas de fusion (le frittage consiste globalement en un brasage des grains par diffusion et fusion… …   Wikipédia en Français

  • MÉTALLURGIE — LA MÉTALLURGIE est l’art d’extraire les métaux de leurs minerais, d’élaborer des alliages, de les transformer en produits demi finis et de les mettre en forme pour leur utilisation (produits «finis»). Elle couvre ainsi trois grands domaines… …   Encyclopédie Universelle

  • Metallurgie — Métallurgie La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on désigne ainsi l’industrie de la fabrication des métaux et des alliages, qui repose sur la… …   Wikipédia en Français

  • Métallurgie — La métallurgie est la science des matériaux qui étudie les métaux, leurs élaborations, leurs propriétés, leurs traitements. Par extension, on désigne ainsi l’industrie de la fabrication des métaux et des alliages, qui repose sur la maîtrise de… …   Wikipédia en Français

  • MÉTALLURGIE - Obtention et mise en forme du lingot — Les principaux métaux non ferreux sont en général extraits de leur minerai sous une forme impropre à leur utilisation ultérieure. Il est donc nécessaire de les faire passer une dernière fois à l’état liquide pour homogénéiser le métal, le… …   Encyclopédie Universelle

  • Compactage de poudres — Métallurgie des poudres La métallurgie des poudres est l ensemble des sciences et technique de fabrication des pièces métalliques par frittage de poudres. Comme il n y a pas de fusion (le frittage consiste globalement en un brasage des grains par …   Wikipédia en Français

  • TEMPÉRATURES (PHYSICO-CHIMIE DES HAUTES) — On considère généralement que les recherches physico chimiques aux hautes températures ont débuté à la fin du XIXe siècle, lorsque Paul Gabriel Hautefeuille et A. Perrey déterminèrent les points de fusion des silicates, vers 1 000 0C, et surtout… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.